Noël en Géorgie

alilo

Noël en Géorgie – ainsi que dans le monde chrétien – est l’une des fêtes les plus importantes et les plus respectées de l’année. Bien que dans ce pays, peut-être plus que dans tout autre pays, de nombreuses traditions originales, intéressantes et belles de célébration de Noël ont été remarquées.

Et la raison en est évidente: la Géorgie est un véritable Klondike de nationalités géorgiennes originales, chacune avec ses propres coutumes originales. Par conséquent, la mystérieuse fête de la Nativité du Christ, célébrée en Géorgie dans la nuit du 7 janvier, éblouit sur cette terre multiethnique aux traditions enviables.

«Choba» (Noël en géorgien) est  appelé différemment dans différentes régions de la Géorgie.

À Mingrélie, par exemple, cette fête s’appelle «Le soir du Christ», à Ratcha et dans  Svanétie – «Chantloba» et  «Chobi» (Noël), à Kartlie – «Le Christ veille de Noël» et à Mtiouletie – «Tkhiloba « ( » Time Nuts « ). Gouriens ont appelé Noël – « Kalanda ».

Tradition de Noël  – « Alilo »

La veille de la nuit, un service solennel commence dans toutes les églises de Géorgie. Catholicos-patriarche de toute la Géorgie, Ilya II tiendra une liturgie festive dans la cathédrale de la Sainte-Trinité de Tbilissi. Et le matin, le service de Noël se transforme en quelque chose qui ressemble à une procession de carnaval. Ici, cet événement s’appelle « Alilo » – du mot hébreu « Hallelujah », c’est-à-dire louer Dieu. C’est un beau défilé en l’honneur de la naissance de l’enfant Jésus, auquel toute la ville participe. En Géorgie, la tradition du «Alilo» existe depuis des temps immémoriaux.

Auparavant, lors de cette procession de Noël, un groupe d’hommes  parcouraint la maison avec la chanson «Alilo» et  félicitaint tout le monde à Noël. Le cortège festif était dirigé par Makharobéli («messager de la joie» – géorgien). Les hôtesses l’accueillirent sur le seuil et lui présentèrent des fruits, des bonbons, du pain, des œufs. Après des siècles, le rôle des hommes a été progressivement transmis aux enfants. Aujourd’hui, ils défilent devant le cortège, bien habillés et portant des guirlandes sur la tête, symbolisant les anges. Ils sont suivis par des jeunes gens tenant un bâton de berger à la main, portant des chapeaux moelleux de Svan et portant des vêtements de mouton. Ils personnifient les bergers qui sont venus au Sauveur né. Après tout, selon l’Évangile, ils ont été les premiers informés de la naissance du fils de Dieu et ont annoncé la bonne nouvelle aux gens.

Les autres participants « Alilo » – en vêtements blancs avec des croix rouges – portent des icônes, des bannières et des lampes. Tous les participants à la procession chantent un hymne spécial – «Alilo», qui est joué exclusivement pendant ce jour férié. Vient ensuite la procession, suivie d’un arba sur des bœufs, où se trouvent de grands paniers qui recueillent des dons pour les nécessiteux, pour les orphelinats et les abris – bonbons, fruits, jouets. Autour de la foule des gens en robes et costumes de Noël. Les gens chantent, dansent et jouent des instruments de musique. Tout le monde peut rejoindre le cortège festif « Alilo ». C’est vraiment un spectacle inoubliable et impressionnant.

En ce qui concerne les plaisirs gastronomiques, à Noël, une fantastique variété de plats attend les clients et les résidents de la Géorgie, car différents plats sont préparés pour ces vacances dans différentes régions du pays.

À Imérétie, Gouria et Samégrelo – à Noël, ils préparent des Satsivi, font bouillir de la bouillie de maïs Elarji avec du Soulgouni, confectionnent du Gozinaki (noix grillées au miel) et, bien sûr, un cochon avec adjika.

Dans la partie occidentale de la Géorgie, une attention particulière est accordée au gage de la douceur de vivre – des mets délicats. Parmi eux, le miel, les noix et les fruits séchés sont particulièrement populaires. À part eux, la table de Noël ici n’est jamais complète sans une citrouille dans un sirop sucré.

À Kakhétie, à Noël, ils adorent cuisiner des tartes sucrées – Kada. Auparavant, à Noël, ils aimaient particulièrement cuisiner les cuisses et la tête de porc, ainsi que les brochettes et  Moujouji (gelée de porc géorgien).

Dans Pchavi et Khevsourétie, il est impossible d’imaginer Noël sans Khinkali. De plus, lors des vacances de Noël à Khevsourétie, il est d’usage de conduire un Chacha géorgien et de brasser de la bière.

Partout en Géorgie, des hôtesses cuisinent des tartes festives Kvérébi sous la forme de personnages de Noël. À Kartlie, ces gâteaux de Noël sont distribués à Noël non seulement aux membres de la famille, mais également au bétail et aux animaux.

À Svanétie, ils ne rencontrent pas Noël sans massacrer un cochon. Sur la table de Noël, il devrait y avoir des plats tels que Koubdari (tourte à la viande), Khachapouri, Pkhlovani (tourte pkhali) et Pétvra – il s’agit d’une sorte de khachapouri, dans laquelle, en passant, des graines de chanvre broyées ont été ajoutées avec d’autres ingrédients.

À Gouria, les gâteaux de Noël sont préparés avec du fromage et des œufs durs hachés grossièrement – Gourouli. Et en Adjarie,  baklava et  Achma (un type de khachapuri à plusieurs couches) sont considérés comme des plats de Noël traditionnels.

Mais malgré les nombreuses traditions de leur originalité, toutes les nationalités géorgiennes tiennent particulièrement aux vacances de Noël.

Un exemple de cela est une assez belle coutume: le soir de Noël, dans chaque maison géorgienne, une bougie de l’église s’allume sur la fenêtre. Ceci est fait pour que la lumière de sa combustion soit visible de la rue à tous les passants. Cette tradition a pour but de rappeler les événements bibliques lointains, lorsque Joseph et Marie, errants, cherchèrent un abri pour la naissance de leur fils. Plus de deux millénaires se sont écoulés depuis et des centaines de petites lumières clignotent encore en Géorgie cette nuit-là, en signe d’espoir que la Mère de Dieu accorde la grâce à la maison.

À Noël, tous les croyants de Géorgie se souviennent des merveilles de cette nuit mémorable, éclairée par la lumière bénie de l’étoile de Bethléem. La Géorgie a sa propre raison de mentionner Bethléem: c’est dans cette ville antique que le saint patron de la Géorgie a été élevé – le Saint martyr George. Donc, peu importe de quel côté vous le prenez, mais l’histoire biblique de la naissance du Christ chez les Géorgiens est très proche.

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.