Georgia Voyage

Au carrefour de l’Orient et de l’Occident, la Géorgie, un des plus beaux pays du Caucase, occupe une position géostratégique qui lui vaut son histoire passionnante et surtout de ne pouvoir être comparé à aucune autre destination : à la fois proche et lointaine de nous, la Géorgie offre au voyageur curieux ses paysages chantés entre autres par Alexandre Pouchkine ou Alexandre Dumas, une architecture extraordinaire avec ses églises anciennes perchées sur des sites grandioses ou ses cités troglodytes, des traditions préservées, une langue singulière, des mythes qui ont traversés les siècles, de Prométhée enchaîné ou Jason arrivant en Colchide, l’actuelle Géorgie, en quête de la toison d’or, … Et aller en Géorgie c’est aussi connaitre un accueil merveilleux de convivialité et de générosité, à l’image du vin géorgien … Préservée du tourisme de masse la Géorgie vous ouvre ses espaces naturels, ses espaces hors du temps, ses espaces d’amitié.

L’ensemble du pays est parsemé de vestiges du passé, témoins d’une brillante civilisation ancienne. Si l’architecture urbaine médiévale a été largement ravagée par les invasions qui ont déchiré le pays, les Géorgiens ont su préserver églises et monastères, construits au fil des siècles dans des sites naturels splendides, à l’abri des montagnes et des vallées. Plus de 3 000 monuments religieux y sont recensés ; en tout la Géorgie compte quelque 5 000 monuments historiques, riches reliques d’un brillant brassage des traditions autochtones et des différentes cultures qui ont traversé le pays. Influences persanes, turques, byzantines, russes, arméniennes ou allemandes se sont mêlées aux courants culturels locaux pour donner un patrimoine contrasté, à cheval sur l’Occident et l’Orient chrétien ou musulman. Où que l’on soit dans le pays, on trouvera un site architectural ancien et grandiose : forteresse en ruine sur un piton rocheux, chapelle, église ou complexe monastique, installation troglodytique, village montagnard de tours défensives, ruine de mosquée ou de synagogue. Au XIXe siècle, l’empire russe a insufflé à ses marches méridionales un rapide développement urbain qui a partiellement repris les styles autochtones et donné jour à une architecture particulièrement colorée et inventive. Station thermale, ville de prestige ou établissement militaire, le patrimoine urbain de Géorgie est aussi fascinant que ses monuments ecclésiastiques. Sa quintessence se trouve à Tbilissi, la plus majestueuse de villes du Sud Caucase, magnifique métissage des siècles. Enfin, l’habitat géorgien a fait rêver des générations d’artistes, avec ses balcons, ses terrasses, ses jardins à tonnelles, ses cours intérieures, propices au doux climat du pays.

Hospitalité des Géorgiens: Tradition sacrée qui imprègne jusqu’au plus moderne des Géorgiens. Légendaire, la tradition d’hospitalité au Caucase n’est pas qu’un mythe. Historiquement une condition de survie dans une région en constant état de guerre et divisée en des myriades de territoires féodaux. Particulièrement vivace dans les zones montagneuses, elle est restée un point d’honneur de tout Géorgien. Le tourisme étant encore peu développé, l’étranger sera toujours vu avant tout comme un invité, même dans un contexte ambigu (dans un taxi ou en pension). Dans une maison géorgienne, l’étranger est roi ; on s’occupe de lui en tout point, ce qui implique également des contraintes (on ne lui demandera jamais ce qu’il désire, mais on pourvoira à ses besoins selon ce qu’on pense être bon pour lui). Au restaurant, dans les transports en commun, l’hôte se doit de l’inviter.

Par ailleurs, la vision de la France est très positive. Comme souvent, ce sont toujours les mêmes stéréotypes (France = Paris = Belle langue = « Bonjour, comment ça va ? » ; « Je t’aime », etc.), mais ces stéréotypes ont au moins le mérite d’être positifs. La France et les Français sont bien vus, car c’est un pays qui les fait rêver, et les Français sont relativement rares, surtout si l’on s’éloigne des rues principales de la capitale.