ARMAZI

Armazi

Armazi (Région de Mtskhéta-Mtianétie)

Armazi  est un endroit où l’antique ville homonyme, la première capitale de l’ancien royaume d’Ibérie, était construite. Florissant particulièrement aux premiers siècles de notre ère, elle est détruite par l’invasion arabe des années 730. Des travaux d’excavations mineurs sur le territoire d’Armazi entreprises en 1890 ont révélé le socle des murs de la ville en adobe avec des marches en pierre et ont nettoyé une structure à deux chambres dans laquelle les fragments d’un torse d’une femme du ier siècle furent découverts. Celles-ci ont démontré que les murs d’adobe de la ville et les tours construites sur un socle de pierre taillée durant la première moitié du ier siècle entouraient le sommet de la colline et le flanc de cette dernière faisant face à la Koura, soit une superficie de 30 ha. Le sol au sein des murs était terrassés et diverses constructions furent édifiées sur ces terrasses.

Des travaux d’excavations mineurs sur le territoire d’Armazi entreprises en 1890 ont révélé le socle des murs de la ville en adobe avec des marches en pierre et ont nettoyé une structure à deux chambres dans laquelle les fragments d’un torse d’une femme du ier siècle furent découverts. De 1943 à 1948, d’importantes fouilles sont organisées et   reprises en 1985 et continuant jusqu’à aujourd’hui. Celles-ci ont démontré que les murs d’adobe de la ville et les tours construites sur un socle de pierre taillée durant la première moitié du ier siècle entouraient le sommet de la colline et le flanc de cette dernière faisant face à la Koura, soit une superficie de 30 ha. Le sol au sein des murs était terrassés et diverses constructions furent édifiées sur ces terrasses.

Les trois principales couches culturelles d’Armazi ont été identifiées comme suit : la plus ancienne date du IVe au iiie siècle av. J.-C.(Armazi I), la médiane s’étend du IIIeau  (Armazi II) et la plus récente structure va du Ier au vie siècle  de notre ère (Armazi III). Armazi I est constituée de blocs massifs de pierre formant une base imprenable mais se finissent par une moins durable brique d’argile ; la structure contient aussi un grand hall de six colonnes avec un plafond carrelé. Armazi II est noté pour avoir un temple avec une abside. Armazi III est la plus riche couche construite sur des blocs de pierre coupés de manière élégante, joints à l’aide d’un mortier de chaux et de pinces métalliques. Parmi les structures survivantes de la période se trouvent un palais royal, plusieurs tombes richement décorées, des bains publics et un petit mausolée en pierre.   Armazi est  protégé par l’État et administré en tant que partie du Musée nationale d’Archéologie-Réserve du Grand Mtskheta.