GUÉLATI

Gelati

Le monastère de Guélati   (Région d’Imérétie)

Le monastère de Guélati  se trouve près de Koutaïssi dans l’ouest de la Géorgie.  Le complexe comporte trois églises, un clocher et les ruines de l’académie. L’église principale, dont les fondations ont été jetées en 1106, est dédiée à la Sainte Vierge. A l’intérieur, les fresques qui représentent des scènes de la Bible et la vie des princes sont de style byzantin. A gauche de l’autel, le personnage de droite est David le Reconstructeur qui tient l’église dans sa main. C’est là l’une des images les plus célébrées de la spiritualité géorgienne. L’abside principale du grand choeur est décorée d’une mosaïque de 2,5 millions de pièces. Elle fut exécutée entre 1125 et 1130 et représente une Vierge à l’Enfant entourée des archanges Michel et Gabriel. Elle fut offerte à David par l’empereur byzantin Alexis Comnène.

Face à l’entrée de l’église de la Vierge se tient la plus petite des églises, dédiée à saint Nicolas, elle date du XIVe siècle. On peut en arpenter les escaliers extérieurs pour trouver une vue plongeante sur le complexe. Juste à côté, le clocher du XVIe siècle, sous lequel coule une source miraculeuse. Les canaux endiguant l’eau sont remarquables.

La troisième église, la première à gauche lorsque l’on pénètre dans le sanctuaire, est dédiée à saint Georges ; elle est construite sur le même plan que l’église de la Vierge, d’où la grande unité de l’ensemble. C’est en réalité la plus ancienne des trois églises, fondé par le père de David, avant que celui-ci ne décide d’y fonder son monastère le plus prestigieux. A l’intérieur, des fresques du XVIe siècle représentent la vie de saint Georges et des scènes du Nouveau Testament.

Juste devant l’église Saint-Nicolas se trouve le bâtiment de l’ancienne académie. L’édifice abritait une école de philosophie, où étaient également enseignées rhétorique, grammaire, musique, médecine et astronomie. Les savants et les érudits les plus renommés de Géorgie y enseignaient, parmi lesquels Ioanné Petritsi et Arsène Ikaltoeli. Parmi les ruines, on peut encore voir la chaire, des sièges et des niches sans doute destinées aux livres.

Le monastère de Guélati  est inscrit sur  la liste du patrimoine mondial  de l’UNESCO.