BAINS DE TBILISSI

Abanotubani

Les bains sulfuriques   (La ville de Tbilissi)

Les  célèbres bains sulfuriques de Tbilissi se trouvent dans une vieille partie de la ville. Ils sont appelés encore comme les bains du roi Rostoma.  L’apparition des bains, absolument, était favorisée par l’abondance dans ces bords des sources chaudes sulfuriques.   Les bains sont bâtis à la façon de l’architecture classique orientale. Ce sont les bâtiments bas, trappus, au dessus ils sont fermés par les dômes demi-circulaires avec de grands orifices en verre au centre, les fenêtres servant éclairant les locaux intérieurs, puisque les bains eux-mêmes se trouvent au plus bas niveau de la terre.

Les bains de Tbilissi tombaient en ruines et se rétablissaient beaucoup de fois. Avec de petits changements architecturaux de XIX siècle ces bains se sont gardés et jusqu’à présent. Aujourd’hui les bains de Tbilissi sulfuriques sont très populaires non seulement après des touristes, mais aussi parmi les habitants du lieu, comme les bains donnants l’effet effectif médical. Cela vaut vraiment la peine de goûter aux bains de Tbilissi. L’eau chaude sulfureuse y est fort agréable et adoucit la peau. L’atmosphère, plus orientale que partout ailleurs à Tbilissi, est unique, les décors sont magnifiques, les traditions pittoresques, etc. On dit souvent qu’on ne connaît pas Tbilissi de l’intérieur si l’on n’est pas allés aux bains

Il y en a plusieurs ; dans tous , on peut en outre prendre un massage et une kissa comme les tarifs proposés ci-dessus. Celui à l’étage du bain Orbéliani est très propre, fréquenté par un public mixte et assez sportif. Mais ce n’est pas le plus authentique. A l’entrée de la place se trouve le bain n° 5 : la première porte sur la gauche, en bas d’escaliers, ouvre sur un bain public souterrain, sous ces coupoles qui laissent la buée s’échapper. C’est celui qui est plus fréquenté par la communauté azérie ou  » vieux Tbilissi « . Il y en a un pour hommes et un pour femmes. A l’intérieur, on voit les rayons du soleil illuminer la buée qui s’envole vers la terre. Les séries de lits de pierre sur lesquels les masseurs ou masseuses azéris attendent leurs clients puis les font allonger ; les bassins taillés dans la pierre ; les vieux Tbilissiens enfin, se livrant à leur activité favorite, chantant ou se laissant aller : l’ambiance est vraiment inoubliable.

les bains ont depuis longtemps été un haut lieu de la ville. Au XIXe siècle, Pouchkine les adorait. Selon la plaque commémorative située à l’entrée, le poète aurait déclaré en 1829 :  » Je n’ai rien vu d’aussi luxueux que les bains de Tbilissi.  » Et Alexandre Dumas d’en parler avec admiration dans son Voyage au Caucase. Il se vante du reste de son propre stoïcisme et de son flegme. Mais parmi les masseurs azéris des bains de Tbilissi, on aime à raconter de génération en génération que lorsqu’un masseur lui aurait claqué le dos, Dumas aurait appelé sa mère et serait parti en courant !